Comment choisir un Grand Bourgogne ? Les 5 règles d’Or des œnologues et maîtres de chais de Labouré-Roi

Si choisir un vin peut se révéler une opération complexe, choisir un Grand Bourgogne peut passer pour un art à part entière ! Mais rassurez-vous, armés des quelques conseils prodigués par les professionnels, vous serrez à même de déguster le meilleur de la production viticole bourguignonne. Nous avons demandé aux œnologues et maîtres de chais de la Maison Labouré-Roi de partager avec vous leurs 5 règles d’or en matière de choix pour un vin de Bourgogne :

  1. Il vous faudra d’abord trouver une signature unique, une référence, une Maison connue et reconnue pour la qualité de ses vins. Dans la tradition viticole de Bourgogne, les Négociants ont toujours tenu une place à part. Ils ont en effet accès à une large sélection de domaines et de terroirs. En étroite collaboration avec les domaines et les tonneliers en matière de recherche de qualité, de commercialisation et de marketing, les Négociants vont apporter leur savoir-faire en termes de vinification, d’élevage de vins dans leurs caves et d’embouteillage. C’est dans ces phases cruciales que sont la vinification et l’élevage qu’une Maison signe ses vins, en recherchant toujours l’alchimie parfaite entre le vin et le bois.
  1. Deuxième règle importante : identifier le terroir : La Bourgogne est si complexe d’un climat à un autre que les vins d’une même appellation peuvent être très différents alors qu’ils sont produits à quelques centaines de mètres à peine sur un même coteau. Le choix du meilleur domaine, la sélection dans ce domaine des meilleurs terroirs, des meilleurs raisins sont essentiels pour obtenir un vin de qualité, une bouteille exceptionnelle.
  1. Ensuite connaître le millésime et ses caractéristiques : certains millésimes, comme 2015, sont exceptionnels. il est important de s’informer sur la qualité du millésime afin de pouvoir  enrichir sa cave de quelques très belles bouteilles au plus tôt, quand les prix ne flambent pas encore. Mais attention au vieillissement, chaque millésime a son temps de garde. Une année considérée « moins bonne » peut tout à fait se révéler, développer son potentiel avec le temps. Il est toujours urgent d’être patient avec le vin ! Laissez votre cave faire son office et constituez patiemment votre stock de vins à vieillir et à boire. Ce sont d’ailleurs les années « difficiles » qui révèlent les meilleurs vignerons. Quant la nature n’a pas été généreuse, c’est le talent des vignerons et des œnologues qui fait la différence.
  1. Il faut aussi ne pas hésiter à sortir des sentiers battus: en Bourgogne notamment, les grands noms du vignoble ont tendance à occulter des appellations moins connues qui pourtant recèlent de véritables trésors : Saint-Romain, Pouilly Fuissé, mais aussi Côte de Beaune-Villages ou Côte de Nuits-Villages, Hautes-Côtes de Nuits ou de Beaune en sont les meilleurs exemples.
  1. Et enfin, ne pas négliger les Vins Distingués et Récompensés. Rien n’est plus rassurant en effet pour l’amateur que de se fier aux conseils de professionnels attestant la qualité et la renommée d’une Maison. Le concours des vins de Mâcon reste le plus connu, mais les Burgondia d’Or, ou les concours internationaux comme l’International Wine Challenge ou l’International Wine & Spirit Compétition, sont aussi de très bonnes références. Les mentions presse ou encore la caution « gastronomique » de certains prescripteurs renommés comme Gault & Millau, les sommeliers de France ou les guides d’achat de vins sont également incontournables. Ils donnent une tendance à laquelle le consommateur peut se rattacher.

Voilà, avec ces conseils simples et un peu de persévérances, vous serez capable de dénicher, vous aussi, les pépites bourguignonnes et de ravir vos amis et vos familles avec des merveilles du fond de votre cave.

En vous souhaitant de belles dégustations !

Partager ce billet

Comments are closed.